logo libe

Digitales

Détournement. Une étrange «société» propose des logiciels de lavage de cerveau.
Lobotomie, jeu d'enfant

Par Marie LECHNER
vendredi 08 avril 2005



www.mindbending.us

vous êtes en train d'avancer l'arme au poing dans les couloirs industriels du jeu de tir quand des chants grégoriens et des orgues viennent parasiter le déluge heavy metal. Plus grave, des images subliminales du Christ en croix et autres icônes religieuses s'impriment dans votre subconscient. Vous êtes victime du Christianizer ª, redoutable arme de conversion développé par Mindbending Software Inc.

Conditionnement. L'entreprise Mindbending Software, spécialisée dans les lavages de cerveaux en tous genres, propose aux parents anxieux une série de logiciels pour conditionner des enfants accros à la console dès leur plus jeune âge et les rendre conformes à leurs désirs. Le client a l'embarras du choix entre Tranquilizerª, Intellectualizerª, Selfesteemizerª... Car, comme le proclame le slogan de cette compagnie providentielle, «when it's in the game, it's in the brain» («quand c'est dans le jeu, c'est dans le cerveau»). Tranquilizerª vise les enfants hyperactifs : le logiciel déforme les images et le son du jeu en fonction de l'agitation du joueur (détectée par une webcam et un micro). L'enfant doit rester un tueur de marbre, éviter les mouvements brusques, les éclats de voix s'il ne veut pas que tout se distorde. «Tranquilizerª oblige votre enfant à ne pas bouger, à ne pas crier, voire à ne pas parler avec ses amis quand ils jouent à leur jeu favori (...) et l'entraîne à faire preuve de silence et de calme dans toutes les situations», annonce fièrement le communiqué de presse. Un autre logiciel propose de résoudre le problème de l'obésité de ces gamins qui passent leur temps scotchés devant l'écran au lieu de faire des courses de vélo. Mobilizerª fonctionne selon le même modèle que Tranquilizerª avec des règles inversées : plus l'enfant bouge et se remue, plus l'image est nette.

Des parents intéressés quoique méfiants ont contacté la société. C'est ce qui a le plus amusé et effrayé son créateur, le média-artiste et activiste autrichien Robert Praxmarer, versé depuis son plus jeune âge dans la programmation. «Quelques parents m'ont écrit qu'ils pensaient que c'était une bonne chose et qu'ils étaient prêts à acheter un produit, mais que le site n'avait pas l'air vraiment sérieux.» Car si les logiciels existent, la compagnie est effectivement bidon. «J'ai voulu pousser à bout la logique marchande pour attirer l'attention sur la manipulation médiatique dont sont déjà victimes les enfants.»

Le projet Mindbending pose un regard cynique sur l'industrie des jeux, des médias et sur la société en général. «Ils sont le "soma" (l'outil d'aliénation dans le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley, ndlr) de notre ère. Les gens se perdent dans l'univers fantaisiste des jeux où ils jouent des agents secrets ou des superhéros tuant des aliens. Ces jeux ont une influence grandissante sur le formatage d'une nouvelle génération», estime l'artiste qui a lui-même pas mal joué.

Les univers imaginaires des jeux sont, d'après lui, façonnés en fonction des besoins du marché : «Les jeux de rallye vendent des voitures, les jeux de snow-board des planches. Ils sont une plate-forme publicitaire de l'industrie qui essaie d'utiliser ce média pour conditionner les enfants à des modes de vie et des habitudes de consommation.» Sans toujours y réussir, l'un des jeux de simulation les plus populaires, Sims, par exemple, peut être largement considéré comme une invitation à entrer dans le moule capitaliste. C'est aussi le jeu qui a été le plus détourné par ses adeptes.

Avec Mindbending, l'artiste force volontairement le trait et met au point un scénario orwellien où les enfants sont vraiment manipulés psychologiquement par ces logiciels qui introduisent dans le jeu des images subliminales, des fractales, des images récursives, des effets sonores. «Je souhaitais créer une controverse sur la scène du jeu vidéo, explique-t-il. Qu'adviendrait-il si des grosses compagnies de jeu ajoutaient effectivement un contenu qui s'adresse au subconscient ? L'impact serait énorme, les enfants passent aujourd'hui beaucoup plus de temps devant leur ordinateur que devant la télé. On sait qu'il existe dans la publicité plusieurs techniques de montage vidéo visant à imprimer une marque dans notre esprit ; les jeux prennent la même direction commerciale puisque aujourd'hui on peut déjà commander une pizza en ligne dans un jeu massivement multijoueurs.»

Electrochoc. Robert Praxmarer ironise aussi sur la croyance dans une technologie qui résoudrait tous les problèmes. Mindbending Software Inc exploite les craintes récurrentes des parents qui redoutent que leurs enfants ne deviennent stupides à force de scotcher la manette. L'un des logiciels de la gamme propose une solution pour devenir intelligent en jouant aux jeux vidéo. Pour les parents qui en ont marre d'aider leurs enfants à faire les devoirs, Intellectualizerª se charge de redresser le QI de leur descendance, en agissant directement sur le subconscient. Mindbending Software Inc résout aussi le manque d'estime de soi, fréquent chez les adolescentes, en envoyant «des messages leur donnant l'illusion qu'on les aime et qu'elles sont géniales». Pour une meilleure efficacité, joindre l'Electrolizer ª, qui délivre un électrochoc dès que l'enfant ne se conforme pas aux règles.

 http://www.liberation.fr/page.php?Article=288127

 

© Libération